dimanche 27 mars 2016

Aujourd'hui, j'ai vu... un fantôme


Ce soir, je pensais être seul avec ma famille dans la maison. En fait, nous sommes un de plus cette nuit. Lorsque cette odeur de bois brûlé envahit les pièces et que les portes s'expriment, c'est que El Cambiano El Fantomas est parmi nous. Il est à la fois transparent et sanglant. Il est blanc et sait ouvrir les placards. Il est rouge et noir à la fois. Il erre dans les escaliers avec une serviette de bain entre les dents et personne ne peut le saisir. La dernière fois qu'il a été aperçu, il portait un legging noir. Généralement, il est pieds nus pour éviter de faire du bruit. Il ne peut être repéré qu'au moment où il ouvre ou ferme un placard.

On raconte qu'en 1432 un homme a été pris dans une tornade de neige dans la région piémontaise en Italie. Le vent a soufflé pendant 9 jours et 8 nuits. Ce voyageur égaré souhaitait rejoindre Paris pour y vendre des peaux de loups. Le mauvais temps l'ayant contraint à stopper sa marche, il a trouvé refuge dans un renfoncement au creux des rochers. Pendant deux jours, il a survécu avec les quelques réserves de nourriture qu'il avait avec lui. Le troisième et le quatrième jours, emmitouflé dans ses peaux, la peur de la mort a commencé à envahir son esprit. Seule l'idée d'être enfermé dans le placard de sa chambre située contre le conduit de la cheminée lui permit de garder la raison. À partir du cinquième jours sont apparus des loups ; ils furent horrifiés de retrouver leurs congénères morts réduits à réchauffer un gueux juste capable de contribuer à anéantir leur si noble race.

Décidés à se venger, les loups l'ont cerné pour qu'il sente venir en lui l'angoisse du dernier instant. Infatigables, les membres de la horde se sont relayés dans le vent pour hurler à proximité de l'homme terré. Au matin de la huitième nuit, le loup Alpha s'est approché à deux pas du refuge improvisé et a proposé un marché au chasseur : la meute lui laisserait la vie sauve en échange de son aide pour assurer la survie des loups dans le Piémont. Sans hésiter, l'homme accepta. Il ne prêta pas attention à la condition posée par le loup. S'il ne respectait pas sa parole, il errerait avec ses peaux pendant deux siècles.

Trop heureux d'être vivant, notre homme s'empressa de repartir vers Paris avec ses peaux, oubliant instantanément son engagement. Seulement, une fois arrivé à quelques kilomètres de sa destination, un étrange vent directement venu de Cambiano dans le Piémont glaça notre bonhomme. Il fut le seul à ressentir ce souffle du sud. Sa raison défaillit alors qu'il entrait dans un village du nom de Versailles. La cité n'était à l'époque qu'un regroupement de quelques masures. Il y errerait pendant 200 ans jusqu'à l'achat par Louis XIII le 8 avril 1632 de la totalité de la seigneurie de Versailles. Depuis cette date, son calvaire a pris fin. Mais on raconte que, parfois, lorsqu'une odeur de bois brûlé envahit la maison, l'âme d'El Cambiano El Fantomas remue encore les portes de placards.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire