mardi 29 décembre 2015

Aujourd'hui, j'ai vu... une crampe

Mes amis sont remarquables. C'est d'ailleurs peut-être pour cette raison que ce sont mes amis. Ils sont remarquables car ‘indulgents’ avec moi. J'en veux pour preuve la réaction de deux d'entre eux suite à un de mes récents billets. L'un m'a écrit : "pas crédible !" (je t'aimais bien pourtant !). Une autre m'a dit : "si tu en as… j'en veux !" (je te prends au mot !). Malgré ces égarements de leur part, mes amis me sont chers. C'est aussi pour cette raison que ce sont mes amis. Et pour tenter de les persuader de le rester j'ai deux arguments infaillibles.
 
Le premier, en référence à ce billet décrié, tient au fait que s'ils ne croient pas qu'un homme puisse monter dans un ascenseur à cheval, je leur certifie que je connais une personne qui a utilisé un ascenseur pour sa moto. Or, franchement, qu'elle est la différence entre un équidé à quatre pattes et un deux-roues à quatre temps ? La fonction est la même ; la différence tient au ridicule du casque ou de la bombe. 
 
Le second argument est ma volonté sincère d'apporter une contribution utile à mes amis dans un billet. Ce que je fais sans attendre en m'attardant de manière quasi-scientifique à la notion de crampe (je sors de ma douche et viens de souffrir le martyr ; ne vous plaignez pas, j'aurais pu avoir le hoquet). Car chacun d'entre nous s'est déjà retrouvé, au moins une fois dans sa vie, avec une crampe. Celle-ci survient toujours au mauvais moment et il peut être difficile de demander aux proches avec qui l'on est à ce moment précis de faire un geste pour aider à tirer cette crampe. Il est donc nécessaire de bien comprendre l'origine et la mécanique de cette douleur.
 
Il s'agit en fait de la contraction involontaire d'un muscle ou d'un groupe musculaire (dictionnaire des termes de médecine Garnier-Delamare). Elle débute brutalement, est brève. D'ailleurs, si elle dure plus de quelques minutes, il s'agit d'une tétanie (si les demandes sont nombreuses, je peux développer la tétanie même si je n’ai pas encore testé sous ma douche). La crampe survient au repos, souvent pendant le sommeil, et s'estompe généralement d'elle-même ou progressivement en étirant le muscle.
 
Mais d'où vient-elle ? Il faut savoir que pendant la phase de la relaxation musculaire, la concentration en calcium au sein des cellules diminue grâce à l'action de "transporteurs" qui assurent l'évacuation du dit calcium. Après une perte d'eau, par sudation par exemple, l'activité de ces fameux "transporteurs" diminue ce qui conduit progressivement à une accumulation de calcium dans la cellule. La concentration jouant un rôle primordial dans la contraction (c'est chimique, tout le monde le sait), il en résulte une contraction involontaire prolongée de la cellule et du muscle. 
 
Je vous épargne la différence entre les crampes essentielles et les crampes secondaires. J'évite également de rentrer dans le détail des facteurs qui renforcent le risque de crampe : une hyperexcitabilitée des nerfs, une hyperflexion (c'est quand vous vous retrouvez, par exemple, le bout du pied pointé, en position allongé, dans votre lit, avec votre muscle du mollet raccourci), l'usage répété d'un muscle dans une position inhabituelle, la fatigue, la déshydratation...
 
J'entends d'ici mes détracteurs : c'est bien gentil tout ça, mais que faire ? Comment résoudre un problème de crampe quand, au pire des moments, elle surgit ? C'est simple ! Pour une crampe due à la déshydratation, elle peut être neutralisée par un rééquilibrage du niveau osmotique (notamment du sodium). Pour faire simple, il faut ingérer de l'eau salée. Par conséquent, si vous avez tout suivi, au moment où vous êtes dans votre lit, allongé, pied tendu et le muscle du mollet raccourci, il vous suffit de prendre une demi-cuillerée à café de sel diluée dans un litre d'eau. L'exercice peut être délicat selon l'activité en cours mais le résultat est quasi garanti. Si vous ne connaissez pas l'origine de votre crampe et que vous souhaitez vraiment vous en débarrasser, il convient de stopper votre activité et d'étendre votre muscle (présentement tendu comme une ficelle) sur un sol froid ; c'est la technique dite de l'étirement passif (si vous étiez allongé dans votre lit avec le pied tendu, cela ne changera pas beaucoup). A savoir également, une douche chaude peut aider à mettre fin à la crampe (je n'invente rien, tout ça est médical). Le mieux reste de pratiquer des exercices d'étirement pendant la journée, par exemple se tenir debout face à un mur situé à un mètre et se pencher en avant pour faire reposer les mains contre le mur sans décoller les talons du sol ; et attendre (ce qui n'est pas le plus simple). Je ne rappellerais pas la nécessité de s'hydrater tant cela apparait évident.
 
Les crampes sont particulièrement fréquentes dans les pieds. Quand on sait que les pieds sont des zones délaissées du corps, je vous conseille vivement, la prochaine fois qu'un ami vous sollicitera pour l'aider à faire partir une crampe, de prendre le temps d'observer son pied en souffrance avant d'intervenir. Peut-être découvrirez-vous un pied fin, élancé, grec. De ces pieds sous-estimés et trop souvent cachés. Une fois, et une fois seulement ce pied bien observé (et au moment où votre ami est totalement tordu en deux de douleur, surtout s'il fait partie de ces amis qui vous a mis un mot malheureux suite à un billet qui parlait de cheval dans un ascenseur) alors, commencez à tirer dans le sens de la longueur pour extirper cette contraction. Vous pouvez accompagner cet acte de charité de quelques rimes puisque le mot crampe s'y prête car, comme vous le savez, la servante a mis une lampe et une estampe à l'endroit où il campe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire