jeudi 13 février 2014

Aujourd'hui j'ai vu... Kelly and Tina

Aujourd'hui j'ai vu... des exercices de langue

Le train est porteur d'injustices. La différence de classes bien entendu avec le droit à l'alimentation électrique d'un côté et l'autonomie de la batterie de l'autre. Le déplacement du week-end légèrement chargé d'un sac de magazines d'un côté ; la voiture en panne et l'encombrement des allées avec de trop nombreuses valises de l'autre. La dégustation du  plateau servi à la place ; la douce odeur de la rosette et de la clémentine.

Mais il y a plus grave. J'en veux pour preuve mon dernier voyage en famille. Assis à côté de ma fille, et après avoir expedié l'exercice de mathématiques, nous commençons la leçon d'anglais : "Apprendre par cœur en vue d'une récitation à l'oral : Kelly and Tina see an ad in a magazine : it´s for a school music...". Et de faire le zozo devant la petite famille : que je te répète à tue-tête la leçon, que je te fais le pitre pour marquer les esprits, que je claironne l'accent pour "assurer l'oral". En bref, toutes les démonstrations d'un père qui veut inculquer à sa fille l'importance de l'anglais en s'appuyant sur son niveau de début de CP et sur son voyage chez les "anglois" effectué en fin de 6ème.

Mais... arrêt à Poitiers. Ce dernier stop avant Paris permet de tasser les passagers qui caressaient encore l'espoir de profiter jusqu'au terminus des sièges libres. Nous nous tassons donc, 2nde classe oblige. La trousse est rappatriée, les cahiers sont repliés et seul le "english exercises" est conservé sur la table maintenant partagée à quatre. Reprise de la leçon, re-démonstrations enjouées pour marquer l'accent et, au passage, souvenir d'un verbe irrégulier pour fanfaronner. Et, oh cruelle injustice, nos voisins parlent... en anglais : de courtois canadiens ont pris la place libérée par les cahiers. Leur silence cachait leur franche poilade intérieure des petits français décidemment très mauvais dans la langue de Shakespeare. Thank you donc d'avoir réduit à néant aux yeux de ma fille l'illusion d'un père parfait et, de surcroît, bilingue ! C'est donc décidé, à partir d'aujourd'hui je consacre mes exercices de langue à des exercices physiques.

1 commentaire:

  1. Ahah trop poilant; t'inquiète en Inde ton anglais suffira amplement

    RépondreSupprimer