lundi 17 février 2014

Aujourd'hui, j'ai vu... des moignons gelés

Aujourd'hui, j'ai vu Flaubert, Victor Hugo, Napoléon et Steve Jobs

Très honnêtement, ma tentative pour relire Flaubert m'avait un peu laissé sur ma fin. Chaque phrase est ciselée à la perfection, chaque mot à sa place ; mais l'intrigue est un peu morne. Par contre, les Misérables, quelle grandeur ; j'ai été sauvagement attrapé par le récit. Même la longue description de la débâcle de Waterloo m'empêche de reprendre mon pc ce soir ; juste le plaisir de profiter des mots d'Hugo pour raconter une histoire dont tout le monde connaît la triste fin pour l'Empire. Le récit de la bataille débute par un simple passage en revue des troupes en place, positionnées sur un bout de terrain en forme de A. Il s'achève sur l'Histoire : l'impossibilité pour Napoléon de remporter cette bataille malgré sa supériorité numérique, l'Empereur restant l'homme du siècle précédant. Grandiose. 

J'en connais un autre qui est du siècle précédent : mon i-phone depuis que j'ai fait la mise à jour ! Il se déplace à la vitesse des grognards de 1815 en regardant passer les avions à réaction. Il a même intégré des réflexes de 1812 lors de la retraite de la Grande Armée à l'issue de la campagne de Russie : une capacité à se figer et à ne plus bouger comme bloqué dans la glace. Je crains qu'au prochain up-dating il n'en vienne à imiter le bruit des moignons gelés sur le sol glacé après le passage de la Berezina : toc, toc, toc. De quoi vais-je avoir l'air avec un téléphone conçu chez Steve mais faisant le bruit de la pendule de ma grand-mère ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire